à propos des éléments minéraux…

La composition des pétioles ne dépend pas seulement de la teneur du sol en éléments minéraux. Elle peut varier selon la nature du porte-greffe et du cépage, selon les conditions climatiques de l'année (pluviométrie notamment), selon la présence de certaines maladies (court-noué...), selon l'établissement et le fonctionnement du système racinaire...

LES ELEMENTS MAJEURS

N

Azote

C’est l’élément que l’on associe à la vigueur et au niveau de production : en quantité trop importante le cycle végétatif est rallongé et la synthèse des constituants nobles (tanins, anthocyanes, arômes) diminuée. En cas de carence marquée, les souches peuvent entrer précocement en arrêt de croissance, allant même jusqu’au blocage de maturité. On connaît de mieux en mieux le rôle dans la vinification et l’équilibre des vin : c’est la base de la nutrition des levures d’une part. D’autre part, le rôle de l’azote a depuis quelques années été démontré dans l’expression de certains arômes (thiols) et dans la netteté aromatique.
Son interprétation dans les analyses pétiolaires reste étroitement liée à la vigueur des souches: une valeur isolée a peu de signification si on ne la relie pas au poids sec (par exemple, sur une vigne vigoureuse et poussante, on peut avoir une teneur faible en azote par effet de dilution).

P

Phosphore

Le rôle du phosphore dans la nutrition des vignes adultes reste assez limité (les carences sont très rares), elles peuvent survenir dans les sols très calcaires (élément bloqué sous forme de phosphates calciques insolubles). Il est en revanche communément admis que cet élément joue un rôle important dans le développement racinaire des plantiers. Les besoins concernent plutôt le début du cycle végétatif.

K

Potassium

Carence potassique C'est un élément majeur pour plusieurs raisons : rôle dans l'accumulation des sucres dans les baies lors de la maturation, rôle dans la régulation de l'acidité dans les vins (le potassium formant des sels insolubles avec l'acide tartrique, à l'origine des précipitations tartriques). Pour ces raisons, les carences peuvent avoir des conséquences graves à la fois sur les vignes (blocage de la maturité, défauts d'aoûtement et de mise en réserve) et sur les équilibres des vins (petit degré, forte acidité, vins peu colorés…).
Les analyses pétiolaires permettent d'estimer assez finement le rapport potassium/magnesium. Il existe en effet au niveau de l'absorption racinaire un fort antagonisme entre ces deux éléments : une fumure potassique trop abondante peut entraîner des difficultés d'absorption du magnésium par la plante.

Ca

Calcium

Le rôle du calcium dans la plante est essentiellement plastique (rôle de "béton armé"). Il intervient également dans la régulation du pH des cellules.
On retrouve avec le calcium ce rôle de régulation de l'acidité dans les vins, tout comme le potassium, mais de manière moins significative, le calcium neutralisant les acides organiques des vins en les précipitant. Les teneurs sont à relier également aux types de sol : les faibles teneurs sont souvent rencontrées dans les sols acides ou décarbonatés (terrasses alluvionnaires).

Mg

Magnesium

Carence magnesique Le magnésium est nécessaire surtout en première partie de cycle, pour son rôle dans l'activité de photosynthèse. Les carences peuvent entraîner des dysfonctionnement importants au niveau du feuillage et peuvent même provoquer un dessèchement de la rafle. Certains cépages sont connus pour leur sensibilité à cette carence (grenache, muscat par exemple).
Au delà de l'effet cépage, c'est un élément à gérer en parallèle avec la fertilisation potassique (cf. antagonisme K/Mg).

LES OLIGO-ELEMENTS

Les oligo-éléments, présents dans la plante en très faible quantité, ont un rôle très important car ils participent au métabolisme général du végétal.

Na

Sodium

Toxicité sodique Les teneurs pétiolaires en sodium sont un indicateur pertinent pour diagnostiquer, au delà des symptômes visuels, les phénomènes de salant sur vigne.

Fe

Fer

Chlorose ferrique La carence en fer est probablement la plus connue et fréquente sur vigne : les symptômes de chlorose décolorant les feuilles sont à relier au rôle de cet élément dans la photosynthèse.
certains cépages y sont plus sensibles (surah par exemple) mais les carences vraies sont plutôt rares. Les carences pétiolaires proviennent le plus souvent de difficulté d'assimilation (sols calcaires et/ou hydromorphes).

Mn

Manganèse

C'est un élément "à double tranchant" : en cas de carence, l'activité photosynthétique est perturbée (décoloration des feuilles) et donc la maturation finale des raisins pénalisée.
des cas de toxicité plus ou moins marqués se rencontrent également, principalement en sol acide (le manganèse est un métal rendu soluble dans ce type de sol). Dans les cas extrêmes, le développement végétatif est alors très perturbé (enroulement et nécrose des feuilles).
Des teneurs élevées en manganèse peuvent être également reliée à un mauvais état d'aération des sols.
Attention enfin à l'interprétation des teneurs pétiolaires de cet élément : de nombreux fongicides renfermant du manganèse, il est nécessaire de connaître l'historique des traitements pour s'assurer que le manganèse des pétioles n'a pas d'origine "exogène".

Cu

Cuivre

Le cuivre joue un rôle dans la photosynthèse et la fixation de l'azote.
Attention, les teneurs pétiolaires peuvent provenir des traitements fongicides, le cuivre migrant très peu des racines vers les feuilles (idem pour un autre élément métallique, l'aluminium).

Zn

Zinc

Le zinc intervient surtout dans la synthèse des composés azotés.
Les carences sont très rares, mais l'assimilation de cet élément peut être perturbé dans les sols très calcaires ou en cas de surfertilisation phosphatée.

B

Bore

La carence en bore est une "carence vraie", due à une teneur insuffisante dans le sol. Elle est plus fréquente dans les sols acides ou très lessivés (le bore étant très soluble).
Elle est rare mais les symptômes sont très marqués, avec dans les cas graves des décolorations de feuilles, des malformations de rameaux et des chutes d'inflorescence.
Dans les cas moins graves, la floraison peut être perturbée avec apparition de coulure, le bore jouant un rôle important dans les phénomènes de fécondation. Les toxicités n'interviennent qu'en cas de surfertilisation.